Fermes Laitières et parcs d’engraissement

Contrôler les mouches sur votre ferme et augmenter votre rentabilité est plus facile que vous ne le croyez.

Voici quelques trucs pour une meilleure gestion des mouches dans votre élevage laitier ou votre parc d’engraissement :

1. L’utilisation des guêpes parasites  

De nombreuses études confirment que les mouches sont une nuisance majeure sur les fermes et qu’elles causent une diminution de la production dans les fermes. Ceci peut diminuer sérieusement les revenus d’exploitation que vous ayez une ferme laitière, un parc d’engraissement ou que vous soyez un fournisseur de bétail. La bonne nouvelle est que les mouches peuvent être contrôlées au même titre que les autres éléments de votre ferme. Nous croyons que l’utilisation des guêpes parasites est une méthode qui peut augmenter vos profits (dû à l’augmentation de la productivité de votre ferme) beaucoup plus que ce que ne vous coûtera votre programme de lutte contre les mouches.

Bien que non-monétaire, un autre avantage d’utiliser les guêpes parasites est que vous vous munissez d’un outil de lutte sans danger pour votre santé et pour l’environnement.

         a.     Identifier le problème

Une des premières étapes à accomplir pour attaquer le problème est d’identifier les espèces de mouches présentes. La mouche faciale et la mouche domestique sont des mouches qui ont tendance à voler en essaim autour de la tête des animaux. Elles se reproduisent principalement dans le fumier. Si vous observez des mouches autours des pattes des animaux, qu’elles mordent et que l’animal rue, c’est probablement la mouche des étables . Les mouches qui mordent se reproduisent principalement dans du matériel végétal en décomposition incluant de la végétation qui composte, du fumier et la nourriture du bétail. Si vous voyez des mouches attachées au dos de l’animal, spécialement quand ils reviennent du pâturage, c’est probablement la mouche des cornes . Cette mouche se reproduit principalement dans le fumier frais et les guêpes parasites seront relâchées dans le pâturage pour lutter contre celle-ci efficacement.

          b.     Débutez tôt au printemps et suivez un programme régulier d’application des guêpes parasites

Nous avons une ferme laitière de 250 têtes et utilisons les guêpes parasites depuis trois ans. Le résultat est particulièrement remarquable dans les enclos des petits veaux et nous n’utilisons aucun produit chimique excepté des trappes à mouches.
Richard G.

Il est beaucoup plus facile de prévenir le développement d’une population de mouche que d’essayer de prendre le contrôle d’un problème bien établi. Le meilleur moment pour débuter les applications est au printemps, lorsque vous commencez à voir des mouches du côté sud de l’étable et quand le risque de gel au sol est passé.

Pour toutes les fermes laitières et les élevages de bétail, il est recommandé de relâcher les guêpes parasites sur un intervalle de deux semaines. En effet, au Canada, le cycle de développement (de l’œuf à l’adulte) de la plupart des mouches est étalé sur deux semaines et suivre ce cycle naturel permet le meilleur contrôle des populations de mouches. Le relâchement des guêpes devrait se faire jusqu’aux premiers gels en automne où jusqu’à ce que les mouches ne soient plus un problème.

           c.     Relâcher un nombre adéquat de guêpes parasites

Le nombre de guêpes parasites à relâcher pour un contrôle efficace des mouches varie d’une ferme à l’autre. La quantité va dépendre de votre gestion du fumier, de la température extérieure et du lieu où les animaux sont gardés (en confinement ou en pâturage). Un point de référence pour une ferme laitière typique est de 500 guêpes par têtes chaque deux semaines. Cette quantité devra être augmentée légèrement pour les pâturages biologiques et pourra être diminué pour les parcs d’engraissement.

           d.     Comment et où relâcher les guêpes parasites

Vous n’avez qu’à ouvrir le paquet de guêpes parasites et le répandre dans l’espace identifié ayant un potentiel élevé pour la reproduction de la mouche. Ces endroits pourront inclure :

  1. L’aire des veaux qui est le meilleur endroit pour la reproduction des mouches. Deux facteurs contribuent à cela. Premièrement les veaux sont nourris au lait et cela produit un fumier très riche et humide. Deuxièmement, la paille fraiche ou la sciure de bois sont régulièrement ajoutés sur le dessus du lit de l’animal ce qui créer un environnement chaud et humide parfait pour la reproduction de la mouche.
  2. Le long des clôtures ou des limites des enclos où les vaches, les taures et les génisses sont gardées.
  3. Autour de l’aire d’alimentation et des abreuvoirs (spécialement pour les mouches qui mordent).
  4. Le long des clôtures si les pâturages ont à être traités (spécialement pour la mouche des cornes ). 

2. Gestion du fumier

Il y a deux variables avec le fumier que vous pouvez facilement changer. La première est la surface de fumier disponible pour la mouche, la deuxième est le taux d’humidité de ce fumier. Lisez plus bas les cinq options de gestion du fumier qui s’offrent à vous et lorsque vous aurez déterminé la meilleure façon de gérer votre fumier, vous serez en mesure d’identifier les aires où le potentiel de développement des mouches est le plus élevé et vous serez en mesure de vous attaquer à votre problème de mouches.

a.     Bonnes pratiques de gestion

Retirer le fumier et la nourriture en décomposition des enclos, de l’aire des veaux et des zones alimentaires est l’intervention la plus efficace pour réduire les populations de mouches. Une fois retiré de ces zones, vous devez déterminer ce que vous ferez avec ce fumier.

b.      Éliminer le fumier du site

Transporter le fumier loin des bâtiments au moins à chaque deux semaines pendant les mois chauds est une excellente option. Le fumier devrait être transporté à au moins 800 mètres des enclos. Dans la plupart des régions canadiennes, la majorité des mouches prennent deux semaines pour se développer de l’œuf à l’adulte mais ça peut être plus rapide lors de périodes de grandes chaleurs (25°C et plus). Si le transport régulier du fumier à l’extérieur de la ferme n’est pas possible, profitez des autres options qui s’offrent à vous ; agir sur l’humidité ou, dans une moindre mesure, la température.

c.     Faire un tas de fumier

Une méthode efficace pour réduire la capacité de reproduction des mouches est de rassembler le fumier en un seul tas. Ceci va réduire la surface disponible pour les mouches pour pondre leurs œufs et la chaleur produite par le compostage du fumier empêchera la survie des œufs sauf pour les 15-20 cm supérieurs. Il est intéressant de noter que les guêpes parasites se sont adaptées à creuser jusqu’à 15-20 cm pour aller parasiter les œufs de mouches. Plusieurs fermiers ont souligné que recouvrir le tas d’une bâche de plastique noir augmente la température et réduit encore plus la surface de reproduction disponible pour les mouches.

d.     Épandre le fumier

Les mouches nécessitent un substrat au contenu en humidité de 35-70% pour se reproduire. Si vous êtes dans une région où il y a des périodes de temps chaud et sec prolongés, vous pouvez épandre le fumier en couches minces dans les champs et dans les pâturages. Le danger avec cette option est que si le fumier ne s’assèche pas à cause de pluies imprévues, vous augmentez la surface disponible pour la reproduction des mouches. Plusieurs fermiers attendent le retour de la saison froide, quand les mouches ne sont plus un problème, pour épandre le fumier.

a.     Fosse et bassin de décantation

Plusieurs fermes laitières et élevages de bétail choisissent de séparer le solide du liquide. Ce dernier est contenu dans une fosse. Les mouches ne peuvent pas se reproduire dans le liquide mais tout fumier contenant moins de 70% d’humidité (et plus de 35%) sera un milieu propice à la reproduction. Ceci peut être le long des murs de la fosse ou si une croûte se forme à la surface. Quelques fermes aèrent leur fosse afin de prévenir la formation d’une croûte.

2.     L’utilisation de trappes, de rubans collants et d’appâts à mouches.

Les guêpes parasites vont tuer efficacement les mouches en développement. Par contre elles n’attaquent pas les mouches adultes. Que ces mouches viennent de votre ferme ou qu’elles y aient migré l’effet est le même ; elles vont causer du stress à votre bétail et pondre des œufs. En réduisant le nombre d’adultes, vous réduisez le nombre d’œufs pondus et les guêpes parasites seront plus efficaces pour attaquer les pupes de mouches présentes dans la paille et le fumier.

Les trappes, les appâts et les rubans collants (et quelques vaporisateurs utilisés sur les murs et les plafonds) sont d’excellentes méthodes pour neutraliser les mouches adultes. Les guêpes parasites ne seront pas attirées par les appâts, trappes et rubans pour mouches par contre, nous recommandons de ne pas utiliser de pulvérisateur chimique en aérosol ou de fumigène, ils auront un effet néfaste sur les guêpes.

Nous recommandons fortement d’utiliser une méthode qui cible les mouches au stade adulte de développement comme une partie intégrante de votre programme de lutte intégrée contre la mouche.

Contactez-nous dès maintenant, SANS AUCUNE OBLIGATION D’ACHAT, pour discuter d’un programme personnalisé de lutte contre les mouches (1-844-839-0755). Nous ne cherchons pas à effectuer une vente rapide, nous espérons avoir des clients satisfaits à long terme. Notre entreprise a grandi rapidement à travers le Canada par le bouche-à-oreille et nous acceptons toutes les demandes. Notre engagement envers vous est de vous offrir le MEILLEUR PROGRAMME DE LUTTE BIOLOGIQUE CONTRE LES MOUCHES, LE PLUS ÉCONOMIQUE ET DURABLE

 
 
Numéro de libre appel: 1-844-839-0755             Email: info@goodbugs.ca            1550 Clayton Crescent Nanoose Bay, BC V9P 9B4 Canada